BURDIGALA-CITY, déambulations et tribulations d'un gabay dans la jungle urbaine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, janvier 2 2009

Bonne année !

Pour le Grand Chauve, 2009 sera l'année de la meuf ! La rime est avenante et la perspective tout autant ! Pour ma part, je vais me contenter de voeux plus classiques. Je vous souhaite une année pleine de rêves et de projets, pleine d'amour et de rencontres, pleine de joie et d'énergie au-delà de la morosité ambiante. Mes voeux vont tout spécialement :
- Aux blogueurs amis qui viennent parfois me rendre visite, aux commentateurs de ce blog qui contribuent ainsi à le faire vivre : Cosmogirl, ET, Arnaud, Kris...
- Aux irréductibles gabayes qui continuent de faire vivre la langue de chez nous : Célestin Beurdassou, Tony Martin, le magazine Xaintonge et tous les patoisants du pays.
- Aux musiciens bordelais qui perpétuent la flamme du rock et du blues, ainsi qu'à tous les bars et espaces dédiés au rock. Spécial salut au groupe Rendez-Vous.
- A Bordeaux et aux bordelais, pour le plaisir de la redécouverte des années plus tard.
- Au Grand Chauve, co-fondateur de ce blog, pour son assistance technique. Un an de blog, déjà !
- A ma famille maintenant plus proche...
- A ma chérie...

Pour la première année de ce blog, nous allons faire dans le gabaye ! Entre Noël et le Nouvel An, ja'i en effet conduit S-Mum et le Grand Chauve en des contrées sauvages et inconnues : La VERGNE !. D'une ballade dans ce marais, nous en avons rapporté les vues suivantes :
Crédit photos : S-Mum et Grand Chauve.




L'occasion pour moi de revenir sur quelques notions de parler gabaye, évoquées voici quelques mois : Que veulent dire les expressions suivantes ? Voici maintenant les solutions :
" Aller de marle en bis et de bis en reun" : aller de mal en pis, aller de pire en pire
" Pimer coum in goret qui va bâsi" : pleurer, crier comme un cochon qui va mourir (sur le point d'être saigné, en fait)
" Etre en chaumé et peurdriau" : se dit d'un champ ou d'une exploitation en général qui n'est plus entretenue ou mal cultivée. Si on n'y trouve plus rien, on dira qu'il n'y a ni fout, ni branle. Cette expression est générale, elle peut se dire chaque fois qu'il n'y a rien.
" En t'ni ine chimarde" qui fait "vouère des ganipottes" : être saoul. Les ganipottes sont des sortes d'esprits farceurs et plus ou moins méchants, un peu semblables aux Leprechauns irlandais.
" Coper coum le gheneuil d'un preit" : mal couper. Se dit d'un coutiâ mal aiguisé par exemple. C'est une vieille expression presque disparue. Le genou d'un prêtre était censé être plat à force de génuflexions. Par extension, cela veut dire "être plat, peu coupant".
"Se saquer din la paillasse" : se coucher.
Etre un "peute bas" : Péter bas, à petite hauteur. Donc, être une personne de petite taille. Dans une veine plus scato, on dira de quelqu'un de prétentieux et de frimeur : Tieu-là, y l'a pas besoin d'chier pour puer !. C'est une des expressions favorites de ma grand-mère maternelle.

Bonne année à tous donc, et à bientôt pour de nouvelles pérégrinations girondines.

mercredi, août 6 2008

A la découverte des marais

Aujourd'hui, quelques photos du Pays Gabaye, dont vous avez déja entendu parler. Nous y avons passé quelques jours en famille, le temps aussi de nous balader dans les marais de Saint-Louis et Saint-Simon.
Qu'est-o qu'o l'est qu'tieu ?. Et bien, sans faire de longs discours, nous dirons que ces marais de bord d'estuaire (la Gironde) se sont formés à la suite de la construction d'un bourrelet alluvial qui a séparé la Gironde d'une sorte de "lac" intérieur. Ce "lac" plus ou moins profond, plus ou moins salubre et ou les hommes circulaient plus ou moins, a été poldérisé au XVIIème siècle sur ordre du duc de Saint-Simon. Cela a permis d'agrandir les communes de Braud et Saint-Ciers-sur-Gironde, mais l'eau a subsisté longtemps encore. Un lieu-dit de Braud situé à quelques kilomètres de la rive de la Gironde s'appelle encore "le port de Braud", signe d'une activité commerciale encore vivace il y a quelques siècles.
Le marais de Saint-Louis/Saint-Simon (dit aussi "Grand marais") fait partie d'un ensemble de polders qui vont jusqu'au sud de Royan en Charente-Maritime et descendent jusqu'au nord de Blaye ("Petit Marais"). Un système d'écluses régule l'arrivée d'eau de l'estuaire ainsi que celle venant de l'intérieur des terres. Dans ces marais, les zones très humides sont en diminution constante, remplacés par des maïsicultures intensives. On y constate aussi, malheureusement, l’abandon de pratiques agricoles anciennes (jonc, pâturage extensif), ce qui nuit considérablement à l'entretien des marais. Aux dernières nouvelles, des tentatives d'aménagement touristique se font jour, notamment autour des petits ports des Callonges et de Vitrezay. Elles tentent de mettre en valeur un milieu riche et varié : roselières, prairies pâturées ou non, jonçais, attirant une avifaune importante (Cigognes, Hérons, Rapaces, nombreux passereaux…). A l'est de ces marais se trouve un autre marais bien spécifique, marais "mouillé" (inondé en hiver) qui sert d'espace "tampon" en permettant de stocker l'eau excédentaire du bassin de la Livenne (la grosse rivière locale) en période de fortes précipitations. C'est un milieu avec une flore et une faune très riche. Il est toutefois navrant de constater l'état d'entretien absolument lamentable de certains endroits de la Vergne. La désaffection des paysans pour le ramassage de la Bauge en est une des raisons, ce qui provoque un manque de nettoyage des barrails (parecelles de terre entre les canaux), mais la principale raison en est surtout, les innombrables et stériles querelles entre les décideurs (politiques, syndics gérant le marais et le bassin versant). Ces mêmes difficultés se retrouvent d'ailleurs dans le Grand Marais, avec de nombreuses polémiques concernant l'utilisation de l'eau entre céréaliculteurs, pêcheurs, chasseurs, éleveurs et jonciculteurs.

Quelques photos :
A Vitrezay, le bateau passeur pour voyager sur la Gironde :

Les cabanes à carrelet le long de l'Estuaire. On s'y retrouve entre amis pour pêcher, discuter, boire et manger. Un art de vivre, quoi...

Le marais vu de la Gironde. En arrière-plan, les coteaux de Charente.

Une dernière petite vue, pour l'ambiance :

Deux liens pour terminer :

http://pagesperso-orange.fr/communi...
Et surtout, l'excellent blog d'un jeune gabaye de Braud-et-Saint-Louis. A découvrir !
http://www.monpatoislegabaye.blogsp...

samedi, avril 5 2008

Pays gabaye, un petit tour pour découvrir ?

Aujourd'hui, le Foxy parle aussi un peu de lui, en tout cas de son pays natal, autrement dit le nord de la Gironde. Quelques petites illustrations pour vous le faire partager.
Et en premier lieu, voici les vignes familiales... Fondamental, pour un bordelais !

Ensuite, voici la voiture du parigot garée devant la ferme parentale... Toute une histoire en une photo.

Troisième vue, derrière la ferme de mes grands-parents, en hiver. Un paysage différent, en lisière des marais qui bordent la Gironde. Un lieu pour l'élevage, même si tout ne va pas pour le mieux pour cette activité.

Les marais de la Haute-Gironde sont aussi un terrain de repos privilégié pour les oiseaux migrateurs (ici une cigogne, pas très bien visible d'accord, mais bon, hein !).


Nous voici maintenant à Blaye. Si vous y passez, profitez de la citadelle, bientôt classée au patrimoine de l'UNESCO. Voici une belle vue sur la Gironde :

Puis une vue insolite sur le vignoble cultivé dans la citadelle même :

Pour terminer, cette vue de l'intérieur de la citadelle, qui est habité. Un petit air de Provence, vous ne trouvez pas ?

Voila pour aujourd'hui. En espérant vous avoir donné envie de vous y promener !

- page 1 de 2